Hitchcock & David Lynch
Hitchcock "Birds"
Hitchcock: Sartre contre Camus
Hitchcock "Psycho"
Hitchcock and his Orchestra
Hitchcock "Young and innocent"
Hitchcock à Hollywood
Hitchcock et les fous
Hitchcock, "Shadow of a Doubt"
Hiitchcock et Bunuel
hitchcok-trouble_with_alfred
Petite musique...
Creative Commons License

Difficile de le cacher, Sir Alfred n'a pas l'envergure de ces créateurs ultimes que furent Kafka et Proust. Lui ne se consuma pas pour faire exister une oeuvre.
Mais il avait son monde et ses films portent bien sa marque. Le roi du story-board qui prétendait que son film était terminé lorsque son dernier plan était dessiné (si bien qu'il aurait pu se dispenser de mettre les pieds sur le plateau pendant le tournage, ce qui lui est parfois arrivé selon certains ! ) a su faire que l'ensemble de ses réalisations constitue bien une oeuvre originale.
Les signes de reconnaissance abondent : la présence de ces héroïnes blondes et lisses dont il sait nous faire deviner les ardeurs retenues et... souhaitées, son sens de l'étirement du temps au climax du suspense, ses "mac guffin" en tout genre, ses cadrages au petit point et ses mouvements d'appareil tellement efficaces, ce terrible transfert de culpabilité (presque toujours là) et, moteur des agissements des protagonistes, leur inconscient déchiffré dévoilant souvent la clé de l'énigme et, évidemment, ces impayables apparitions du réalisateur "marquant" chacun de ses films de sa présence.
J'ai hésité longuement pour choisir qui clôturerait cette trilogie d'images. Albert Camus m'aurait permis de faire la jonction historique avec l'époque contemporaine, ce qui était mon ambition et il a été longtemps mon favori. De plus, je demeurais dans le monde des livres et, ce qui ne gâte rien, en terrain de grande sympathie.
Mais finalement Alfred Hitchcock me rapprochait plus encore de notre actualité. De plus, sa silhouette reconnaissable entre toutes et dont lui-même usait comme marque de fabrique me servirait graphiquement. L'abondance iconographique de ses représentations me serait une mine (après le peu de traces argentiques laissées derrière eux par Kafka et Proust !) et ses "cameos" m'incitaient fortement à le faire apparaître, moi aussi, puisqu'il m'avait montré la voie, dans mes photographies recomposées.
Un grand merci donc à Hitch' d'abord pour ses beaux films et ensuite pour les emprunts que je me suis autorisés pour raconter "mes histoires à moi", dans ce dernier Album.

Gérard Bertrand

VOIR
Les "images de ce site sont mises à disposition selon les termes de
licence Creative Commons

Quand un homme depuis trente ans, et à travers cinquante films, raconte à peu près toujours la même histoire - celle d'une âme aux prises avec le mal - et maintient le long de cette ligne unique le même style fait essentiellement d'une façon exemplaire de dépouiller les personnages et de les plonger dans l'univers abstrait de leurs passions, il me paraît difficile de ne pas admettre que l'on se trouve pour une fois en face de ce qu'il y a après tout de plus rare dans cette industrie: un auteur de films. Ajouterais-je qu'il m'arrive, en voyant et revoyant les œuvres d'Alfred Hitchcock, de ressentir - par moment - cette impression que l'on éprouve à la lecture d'auteurs comme, mettons, Dostoïevski ou Faulkner, de se trouver dans un univers à la fois esthétique et moral où le blanc et le noir, l'ombre et la lumière et jusqu'à cet art commun au roman et au cinéma, je veux dire la mise en scène, expriment davantage encore que le récit lui-même, le déchirant secret que les personnages portent au fond de leur cœur.

Alexandre Astruc 1954 in Les Cahiers du Cinéma